Apprendre… toujours apprendre

Formal education will make you a living, self-education will make you a fortune. (1) Jim Rohn

De mes différentes lectures j'ai retenu une chose : apprendre ne s'arrête pas une fois que nous avons quitté l'école. C'est ce que la plupart des gens font et c'est un tort. D'un côté, cela se comprend ceci dit. Après avoir passé pas mal de temps à aller en classe, faire des devoirs, passer des examens, nous n'aspirons plus qu'à une chose : travailler et profiter. Finies ce genre de contraintes.

J'étais comme ça moi aussi.

Depuis que je me suis lancée dans l'aventure de l'autoédition, j'ai compris que ce mental-là n'est pas celui qui fait gagner.

J'ai donc appris, beaucoup, et toute seule. Ce site en est un exemple. N'ayant aucune compétence, je pensais que c'était le bout du monde que d'en faire un. WordPress pour moi était du charabia. Certes j'ai des notions en informatique mais aucune sur ces questions. Il m'a fallu regarder des tuto, faire des essais, me vautrer et recommencer, jusqu'à arriver au résultat que vous avez sous les yeux. Je ne dis pas que je suis devenue une pro ou que tout est parfait, encore moins que je maîtrise, mais j'ai acquis un nouveau savoir. Et vous savez quoi ? Pour la confiance en soi, c'est juste génial.

L'autre avantage quand on apprend, est que l'on peut ensuite en faire profiter les autres. Nous pouvons les aider, leur montrer à notre tour.

Ce matin j'ai lu cette citation de Bouddha :

On peut allumer des dizaines de bougies à partir d'une seule sans en abréger la vie. On ne diminue pas le bonheur en le partageant.

J'ai envie de la compléter en disant : on peut apprendre aux autres ce que nous -même avons appris. Notre savoir ne diminue pas pour autant.

Apprendre même des années après l'école est bénéfique sur bien des plans. 

Convaincue de cette nécessité, ce matin, je me suis inscrite à plusieurs cours :

Oui c'est en anglais, comme d'habitude, les ressources à notre disposition sont dans la langue de Shakespeare. Il doit être possible de trouver des leçons en français mais l'avantage ici est que ces cours sont gratuits. Cela ne signifie pas qu'ils sont mauvais pour autant : j'ai commencé Kindle marketing ninja pendant ma pause déjeuner et ce soir dans le train, et je vais dès à présent mettre en pratique certaines astuces.

Si je veux me professionnaliser, arrêter de croire en la chance. Jim Rohn a dit dans ce superbe séminaire qui m'a beaucoup influencée " certains avancent dans la vie en croisant les doigts". Moi tout craché. Quand j'ai commencé l'autoédition, je pensais que mes livres allaient trouver tout seuls leur public. Naïveté quand tu nous tiens !

Aujourd'hui je sais que c'est extrêmement dur de percer, d'attirer l'attention. Il y a des tas de publications, chaque jour de nouvelles histoires voient le jour sur Amazon... creuser son trou est un travail de longue haleine. Il ne faut pas compter que sur sa chance ou sa bonne étoile.  Me contenter d'écrire, de cliquer sur publier puis passer au book suivant n'est pas une solution viable.

Et ce qui est vrai pour moi est vrai pour tout le monde, quelque soit le domaine dans lequel chacun veut s'épanouir. Le facteur chance est secondaire, le travail, l'apprentissage sont les piliers sur lesquels un éventuel succès reposera.

Donc me voilà en mode "étudiante disciplinée" pour quelque temps. Voyons ce que je peux découvrir et où cela me mènera.

Aujourd'hui, c'est le plus grand pas en avant  que j'ai fait.

J'ai également écrit 1000 mots pour La femme de l'ombre.

 

Pour terminer, mes trois notes positives :

A ce propos je me suis rendue compte qu'il n'était pas si facile de s'en trouver 3 différentes chaque jour, tous les jours. C'est vrai, les minutes, les heures s'écoulent, la journée passe et nous, dans notre routine, le nez dans le guidon nous avançons sans prêter attention au reste. Je me suis fait cette réflexion dans le train (ma deuxième maison, vous l'aurez compris) alors que je cherchais précisément ce que j'allais bien pouvoir mettre ce soir.

Je suis sûre que si vous faisiez vous même l'exercice, vous auriez du mal à trouver CHAQUE JOUR trois motifs de gratitude.

Essayons quand même :

    • un retour vraiment super d'une lectrice sur la série Jessica qui m'emplit de joie
    • le "maman je t'aime" de mon fils avant de se coucher ce soir
    • et parce que le récit d'une collègue m'a rappelé que la vie est courte mais précieuse, qu'elle peut surtout s'envoler en un claquement de doigt, je suis heureuse d'être en vie. On ne se fait que trop rarement cette réflexion je pense.

But what do we say?  But there will always be tomorrow.   Oh, no. There’s no guarantees that you’re gonna show up tomorrow (2)  Les Brown

 

A demain... 😉

 

(1) : L'éducation formelle vous fera vivre, l'apprentissage personnel vous rendra riche.

(2) : Que dit-on déjà ? Qu'il y aura toujours un demain ? Oh non, il n'y a aucune garantie que demain vous soyez encore en vie.

 

 

Commentaires

  1. Cécilia a dit :

    🙂 Oui la vie ne tient qu’à un fil dont on ne connaît à l’avance ni la longueur, ni la résistance.

    1. Maude a dit :

      Très joli, et très vrai.

  2. Émérance a dit :

    Bonsoir Maude
    C’est un post qui me plait vraiment beaucoup. Oui, il faut être curieux de tout. J’ai une telle soif d’apprendre que je me reconnais dans ce que tu décris. Plus le bagage du départ est léger et plus la montagne est difficile à gravir. mais un mot m’anime sans cesse “Passion”.
    Une question: les journées n’ont que 24 h. Comment arrives-tu à accomplir tout ce que tu fais ?

    1. Maude a dit :

      Bonjour Emérance, les heures se trouvent quand on le veut vraiment. Pas de TV le soir, usage productif de mon temps de trajet et de ma pause déjeuner… il faut savoir faire quelques sacrifices pour obtenir des résultats 🙂

Répondre à Émérance Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.