Autrice ? Auteure ? La grosse prise de tête

Le casse-tête des femmes qui écrivent

 

Devant mon impuissance à répondre à la question : faut-il dire autrice ou auteure ? je me suis décidée à prendre ma curiosité à bras le corps.

Après tout le sujet est important ! Que devons-nous mettre dans nos livres ? ” De la même autrice ” ” De la même auteure ?” ou ” Du même auteur ?

Évidemment, il est possible de botter en touche avec un simple ” bibliographie ” par exemple… mais j’avoue que cette question a sérieusement fini par m’interpeller. Il est tout de même déroutant de ne pas trouver de réponse définitive, claire et précise.

Commençant par le commencement, je suis allée zieuter le Larousse. Hélas, aucune définition pour “auteure” ou “autrice”. Il n’y a qu’ “auteur” et une définition unique :

Personne qui fait profession d’écrire, homme ou femme de lettres ; écrivain : Un auteur à succès.

homme ou femme de lettres… au moins là c’est clair, la profession n’a pas d’équivalent féminin.

Encore que… le mot “auteure” est employée dans des pays francophones comme la Suisse ou le Québec. (A mon grand étonnement, j’apprends que cette formulation date des années 90. J’en déduis donc qu’avant cela, tout le monde était dans le même panier “auteur”.)

J’aurais pu stopper mes recherches, je les ai poursuivies un peu. Et là… ta da da… on employait le terme “autrice” avant le XVIIeme siècle !!!

Big news ! Et grosse incompréhension. Mais alors pourquoi ? Pourquoi avant et plus maintenant ? Que s’est-il passé ?

A cette question, j’ai la réponse : un certain cardinal (Richelieu pour ne pas le nommer) ainsi que de nombreux intellectuels (masculins) ont décidé qu’il fallait revoir tout ça. Que féminiser le mot “auteur” n’était plus possible ni acceptable, au risque sinon de ternir la profession… sympas les mecs non ?

Une décision politique suivie d’effets immédiats (comme quoi quand on veut…). La création de l’Académie Française a été l’occasion de faire disparaître le terme “autrice” des manuels et des dictionnaires. D’un quasi trait de plume, il a été rayé de notre vocabulaire.

Je vous livre à cet égard un extrait du texte  http://(https://www.actualitte.com/article/monde-edition/une-vie-d-autrice-non-le-masculin-ne-l-emporte-pas-sur-le-feminin/65640)

Les intellectuels à l’assaut des « autrices »

Les intellectuels ont été les premiers à combattre l’appellation d’« autrice », et ce dès la deuxième moitié du XVIIe siècle.
Jusqu’à ce que les autrices elles-mêmes abandonnent le combat, de guerre lasse.
La plupart de ces hommes lettrés ne « voulaient pas des femmes dans ce domaine », craignant sans doute la concurrence féminine.
Et à juste titre, car ils ne pouvaient empêcher les femmes d’écrire ni de publier, voire même de triompher.

Aujourd’hui encore, l’Académie Française refuse de reconnaître le vocable “autrice” (tout comme celui d’auteure d’ailleurs).

Que faire alors ? Comment nous appeler ? Comme nous présenter ?

J’imagine que c’est à la discrétion de chacune ? Personnellement, je pencherais pour autrice. Le mot “auteure” ne me gêne pas mais je n’en suis pas fan. Quant à “écrivaine”… eurk !

D’ailleurs à propos d’écrivaine, qu’en dit le Larousse ?

 Personne qui compose des ouvrages littéraires ; homme, femme de lettres. (Au féminin, on rencontre aussi une écrivain.)

Une écrivain… euh… Une docteur aussi ?

Et sur le site “Le dictionnaire c’est encore pire :

Définition de écrivaine : Femme exerçant l’activité d’écrivain.

C’est dingue tout de même ! Et cela fait 4 siècles que c’est comme ça !

Et-vous dites-moi ? Êtes-vous plutôt auteure ? Autrice ? Écrivaine ?

 

Comments

  1. Emerance says:

    Bonjour, Maude
    Il y a plusieurs semaines, une lectrice ayant fait une remarque à ce sujet sur un de mes commentaires, j’ai effectué les mêmes recherches que toi. J’ai répondu que je savais que le terme autrice n’ était plus employé, mais que c’était celui que je préférais.

    1. Maude says:

      Ah ? je n’avais pas vu. Autrice a également ma préférence Mais quitte à choisir, j’opte pour romancière 🙂 sauf que dans les livres “de la même romancière” c’est plus que bof… un vrai casse-tête quand même !

  2. Kaz says:

    Pour la sonorité je prefere auteure

    1. Maude says:

      Pourtant, actrice/aviatrice/traductrice … la tonalité nous est coutumière. Mais puisque rien n’est tranché, chacun est libre finalement. 🙂

  3. Moi je ne suis que lectrice et j’avoue avoir une préférence pour “auteure”. Comme toi je n’aime pas le terme “écrivaine” mais n’apprécie pas davantage celui d’autrice.

    PS : bravo pour cette recherche, j’ai appris plein de choses !

    1. PAUL says:

      Mais alors, si vous aimez “auteure”, vous devriez être une “lecteure” et non une lectrice….
      Et dans le commentaire de Maude, celle-ci fait référence à “docteur”, on pourrait donc employer “auteuresse” en référence à “doctoresse” ????
      Tot ça est bien compliqué, d’autant que viennent s’y mêler les difficultés “d’harmonie sonore du mot” ou les difficultés de prononciation….
      Les Anglais ont bien de la chance… writer ou author …..
      Finalement… auteure me conviendrait, d’autant que le “e” final est un “e” muet… seul le fait de le voir écrit est choquant… Mais auteure ou autrices continuez à nous régaler …!!!!

      1. Maude says:

        L’ennui c’est qu’aucun terme n’est validé du coup, chacun fait un peu ce qu’il veut. D’un point de vue sonorité, c’est vrai qu’autrice n’est pas forcément joli mais c’est parce que nous n’y sommes pas habitués. Nous entendons rarement ce terme, celui d’auteure lui étant préféré par beaucoup.
        Comme vous dites, les Anglo-saxons ont bien de la chance, tout est plus simple pour eux.
        Et oui, le plus important est de régaler le lecteur ou la lectrice 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.