Book 18 – Jour 2

Après la destination voyage – importante dans la majorité de mes romans, un autre point est essentiel pour moi.

Le sujet.

Parce que certes, il y a le côté vie personnelle de mon héroïne, et Audrey n’y coupera pas, encore moins puisque c’est une suite, mais il ne m’est pas possible de me limiter à cela. J’ai envie d’aller plus loin, d’explorer une thématique, d’en apprendre davantage, et d’en faire aussi découvrir davantage à mes lectrices.

Et puis j’écris pour mettre en lumière certaines choses, pour donner la parole à ma manière à celles qui ne l’ont pas forcément.

Donner de la voix, apporter un petit éclairage sur des gens ou des thèmes pas communs, est ma façon d’apporter ma pierre dans ce monde, ma modeste contribution.

Donc oui, il me faut un sujet. Et je l’ai trouvé, même si les contours sont encore un peu vagues.

J’avais hésité. Je voulais au départ me pencher sur le travail des enfants. Audrey est maîtresse d’école, cela m’a paru faire sens.

Je me suis aussi intéressée à quelque chose de plus glauque après avoir visionné un reportage : le trafic d’enfants, de jeunes filles principalement, enlevées de leur village pour les grandes villes où elles terminent prostituées. Voilà un thème qui aurait eu toute sa place dans ce roman.

Finalement, à force de chercher, de réfléchir, de mûrir la question, j’ai décidé que je traiterai du sort des femmes, considérées dans ce pays comme des possessions plus qu’autre chose. Les viols qui ont provoqué des soulèvements, des manifestations et une médiatisation jusque chez nous ont mis en lumière une condition de la femme indienne très dégradée. Les quelques reportages que j’ai pu visionner jusque là m’ont montré une réalité que je ne soupçonnais vraiment pas.

Alors oui, Audrey ira en Inde avec l’espoir de se changer les idées et de se reconstruire, mais à aucun moment, elle ne s’imaginera être confrontée à ce qui l’attend sur place…

L’idée fait peu à peu son chemin. Il me reste à me documenter suffisamment pour avoir une idée précise de ce que je vais raconter, des situations dans lesquelles elle va se retrouver, et trouver ainsi les ressorts et les soubresauts d’une histoire qui commence malgré tout à prendre forme dans mon esprit.

A J+2, c’est très encourageant ?

2 commentaires

  1. C’est un pays où la femme est considérée comme une transaction, où une enfant est mariée à un homme âgé voire très âgé, qui sert à rembourser la dette des parents, qui est aussi obligée d’épouser son violeur. Elle peut-être tuée à sa naissance car justement c’est une fille. La condition de la femme est épouvantable. Heureusement, il y a qq courageuses, et même des hommes qui dénoncent cela, mais le chemin sera extrêmement long et difficile.

    1. Author

      oui j’ai commencé à découvrir quelques petites choses qui m’ont retourné le cœur je dois dire. Le chemin est d’autant plus long que le pays a opéré un virage conservateur et que les femmes sont considérées comme des propriétés, non comme des humains, encore moins comme des égales !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *