Menu Fermer
LE CHOIX DE SA VIE

Un triangle amoureux mêlant rivalité, jalousie et amour.

Entre les deux, son cœur balance. Est-elle prête à choisir ? Dans l’univers feutré d’un cabinet comptable, la passion, la jalousie et les coups bas ont toute leur place… Jessica est considérée comme une promotion canapé. Son passage dans le lit du patron, Christophe, un expert-comptable atypique, séducteur et arrogant, a suscité jalousie, et rancœurs auprès de ses collègues. A la faveur d’un recrutement inattendu, la guerre larvée qui sévit au sein du cabinet va se durcir, et Jessica va voir son monde vaciller. Saura-t-elle préserver l’emploi qui est devenu sa raison de vivre ? En couple avec Philippe, un homme éperdument amoureux qui ne voit plus l’avenir sans elle, sera-t-elle capable de répondre à ses attentes, ou le jeu du chat et de la souris auquel elle joue avec Christophe va-t-il prendre une nouvelle dimension ?
Le choix de sa vie est un roman sentimental qui fait la part belle aux sentiments, en particulier la jalousie et l’amour.

Avis de lectrices

Maude Perrier surprend encore avec un récit fort et prenant. Elle a l'art de camper des personnages au caractère bien trempé et ne ménage pas la sensibilité du lecteur avec des scènes chocs. Elle sait également très bien décrire le monde du travail. Autant dire que j'ai hâte de découvrir la suite du destin de Jessica.
Marie
J’ai trouvé cette histoire superbe et bien écrite beau triangle amoureux presser de lire d’autre histoire vous êtes une bonne écrivaine bravo
Angélique
J'ai lu les deux tomes l'un après l'autre, cette romance est juste géniale. Jessica l'héroïne est forte et fragile à la fois. On ne s'ennuie pas en lisant ces deux romans
Marie
Lectrice Amazon

Un avant-goût du voyage que vous ferez

Où acheter Le choix de sa vie?

GRATUIT

Lire un extrait

Chapitre premier

Jessica s’était jurée de ne pas pleurer, quitte à se mordre l’intérieur des joues jusqu’à inonder sa bouche d’un puissant goût de fer. Pourtant, lorsque la voix cristalline entonna dans l’église Saint Charles Borromée de Joinville-le-Pont les premiers airs de l’Ave Maria, son estomac se contracta, ses lèvres tremblèrent, et malgré ses efforts pour les retenir, deux grosses larmes franchirent avec succès le barrage de ses cils pour couler lentement sur ses joues à peine maquillées.

À côté d’elle, Philippe emprisonna ses bouts de doigts au creux de ses paumes ; sa manière à lui de lui donner du courage. Jessica lui jeta un coup d’œil reconnaissant avant de porter son regard au-delà de son petit-ami, vers sa belle-mère, Anne, élégante et très digne ainsi entourée de ses deux grands garçons, Paul, vingt-deux ans et Mathias, vingt ans, la deuxième famille de son père; la seule belle image du jour. Ses yeux balayèrent ensuite les rangées garnies d’amis, de collègues et d’employés, tous celles et ceux que Guy Laforêt avait touchés d’une manière ou d’une autre, puis s’arrêtèrent sur Christophe qui se tenait debout, les mains dans les poches d’un manteau noir léger, les lèvres étirées en cette espèce de rictus ironique qui donnait sans arrêt l’impression qu’il se moquait du monde. Leurs regards se rencontrèrent un instant avant qu’elle ne détourne rapidement le sien.

Après la cérémonie, Jessica, à l’image du reste du cortège, couvrit à pied les deux kilomètres qui séparaient le cimetière de l’église. Elle en profita pour respirer un peu de cet air encore bien chaud pour un mois d’octobre. Elle s’efforça également de se recomposer un visage parfaitement impénétrable. Elle détestait montrer ses failles et ses faiblesses en public. Elle ne pleurait jamais ailleurs que chez elle, le nez enfoui dans ses coussins ou le pelage corbeau de Brownie, son adorable Amercian Curl, son plus fidèle compagnon depuis sept ans ; même Philippe ne l’avait pas une seule fois vu craquer.

En un geste destiné à marquer symboliquement son indépendance et sa force, elle se détacha du bras qui la soutenait et se dirigea vers sa belle-famille, échangeant quelques mots avec Anne, acceptant l’étreinte réconfortante de Paul et la caresse de Mathias dans son dos. Tous les quatre arrivèrent ensemble au cimetière, et serrèrent les rangs pour écouter le prêtre. Puis, au prix d’un gros effort, Anne prononça quelques paroles d’adieu. Au moment où elle terminait en sanglots, l’attention de Jessica fut attirée par le claquement d’une portière de voiture. Elle vit un homme de grande taille, à la peau très sombre, en chemisette blanche et pantalon fluide, se précipiter pour faire le tour du véhicule et ouvrir à une femme qui se jeta littéralement dehors. Main dans la main, elle les regarda, traverser la rue et courir dans leur direction.

— Dites-moi que je rêve, souffla-t-elle en portant un regard atterré sur la femme en ballerines et robe fleurie jaune orange qui trottait vers eux.

Dans sa course frénétique, celle-ci perdit son chapeau aux larges bords qui s’envola à quelques mètres ; Jessica jura intérieurement. Lorsqu’elle se pencha pour le ramasser et que sa robe bien trop courte, révéla une grande partie de ce qu’elle aurait dû dissimuler, elle se sentit bouillir. Quand, au même moment, ses énormes lunettes de soleil glissèrent à terre, elle enfonça ses ongles longs dans la paume de sa main pour se retenir de hurler.

Dans l’assistance s’élevèrent des rires, mais aussi des murmures de désapprobation et d’incrédulité. LE CHOIX DE SA VIE

— Elle ne peut vraiment pas s’empêcher de se donner en spectacle, ragea Jessica, les joues rouges de colère, et de honte.

— Qui est-ce ? interrogea Philippe.

— Ma charmante mère et je suppose, son nouveau petit copain.

— Elle a l’air plutôt marrante.

Jessica lui décocha un regard noir avant de croiser celui, outré de toute sa belle-famille. Instinctivement, elle se rapprocha d’eux et bredouilla quelques mots d’excuse à l’intention d’Anne.

— Tu n’y es pour rien. Continuons la cérémonie veux-tu ?

Elle hocha la tête et s’efforça d’ignorer sa mère, ses épaules bronzées entièrement dénudées, sa robe trop courte aux couleurs estivales, son chapeau, son air de vacancière, en total décalage avec les mines sombres et les tenues austères. Elle prononça l’éloge qu’elle dédia à son père, puis elle retourna à sa place, laissant ses deux demi-frères prendre chacun leur tour la parole. Quand tout fut terminé, l’assemblée se disloqua. Anne resta devant la terre fraîchement retournée pour chercher du réconfort auprès de l’officier religieux tandis que Jessica réconfortait Matthias d’une nouvelle accolade.

Elle discutait toujours avec ses deux demi-frères lorsqu’elle sentit une main la prendre doucement par le coude et l’entraîner à l’écart.

— Tu n’étais pas obligé de venir.

— J’y tenais. Et puis le cabinet peut se passer de ma présence. Comment vas-tu ?

Jessica haussa simplement les épaules avant de fouiller dans son sac à main à la recherche de son BlackBerry. Dès qu’elle l’alluma, la petite lumière si familière se mit à clignoter. Plusieurs appels en absence, plusieurs messages vocaux se signalèrent sur l’écran d’accueil tandis que les mails abondèrent un à un dans sa boîte aux lettres. Oubliant l’endroit où elle se trouvait, la jeune femme commença à les traiter un par un.

— Jess’ ça peut attendre, observa Christophe en posant sa main sur celle qui tenait le téléphone portable. Tu viens à peine d’enterrer ton père.

Jessica releva la tête, l’expression du visage presque froide.

— Comme tu viens de le dire, il est enterré, il n’y a plus rien à faire d’autre. Je pense être de retour au bureau dans une heure maximum.

— Prends ta journée…

— Sûrement pas. J’ai des messages dans tous les sens, un stagiaire qui a besoin que je lui valide ses TVA et des clients incapables de traverser la rue sans mon aide. Je serai là-bas dans une heure.

— Aux dernières nouvelles c’est encore moi qui te paie, et moi je te dis de rester pour la journée. Ta belle-famille a besoin de toi.

Les yeux rivés sur son BlackBerry, Jessica fit défiler les mails les uns après les autres, sans paraître l’entendre.

— Je serai au bureau dans une heure Christophe…

— Jessica ma puce ! Une tornade colorée l’attira dans ses bras, la contraignant à lâcher son téléphone des yeux. Je suis si désolée ma chérie…

Jessica resta de marbre tandis que sa mère l’embrassait et la serrait affectueusement contre elle.

— Bonjour, Maman, la salua-t-elle en se dégageant comme elle le put. Elle lui désigna sa tenue. Tu as confondu le cimetière avec le Club Med, c’est ça ?

— Désolée ma chérie, mais Simon et moi revenons tout juste de Maurice. Nous avons atterri il y a une heure et demie et avons fait aussi vite que possible. Je tenais à dire une dernière fois au revoir à ton père.

— Tu aurais pu t’abstenir, il ne t’en aurait pas voulu.

L’accueil désagréable de sa fille ne sembla pas affecter Catherine Laforêt. Balayant d’un revers de la main ce qu’elle considérait être une remarque inutile, elle se tourna vers Christophe. Son visage éclatant n’affichait aucune gêne, pas le moindre embarras.

— Qui est ce charmant jeune homme ? interrogea-t-elle, en ne quittant pas les yeux dont la couleur vert sombre semblait la fasciner. Ton chéri ?

— Non, mon patron.LE CHOIX DE SA VIE

Christophe alla des yeux bleu pâle furieux de la fille aux yeux bleu pâle étincelants de la mère sans se départir de son sourire malicieux. Catherine devait avoir plus d’une soixantaine d’années, mais avec sa peau gorgée de soleil, son visage lisse sans la moindre ride, ses lèvres généreuses, ses cheveux châtains retenus par un bandeau turquoise et son attitude presque juvénile, elle en faisait facilement quinze de moins. Elle se rapprochait bien plus de son âge que de celui de ses parents estima-t-il.

— Le charmant jeune homme vous remercie pour ces compliments et contrairement à votre fille, il vous félicite pour votre robe. Les enterrements sont bien assez déprimants comme cela.

En réponse Jessica lui lança un regard meurtrier. Catherine en revanche le trouva très séduisant, très drôle, et très à son goût.

— Dans quel secteur travaillez-vous déjà ? Jessica me l’a dit il y a longtemps, mais j’avoue avoir oublié…

— L’expertise-comptable. Rien qui ne puisse vous passionner j’en ai bien peur.

Sensible à son charme comme à son humour, Catherine oublia toute retenue et, sous le regard mortifié de sa fille, le prit familièrement par le bras.

— Vous n’êtes vraiment que le patron de ma fille ? Parce que venir à l’enterrement du père de l’un de ses salariés est peu conventionnel, je dois dire… Bon d’accord j’ai quitté le monde du travail il y a longtemps, mais tout de même… Ceci dit, ajouta Catherine en lui adressant son sourire de séductrice, vous m’avez l’air peu conventionnel.

— Maman, tu veux bien la fermer ? s’emporta Jessica. Il y en a marre que tu te donnes sans arrêt en spectacle. Tu me fais honte !

— Ne sois pas si coincée Jess’, ta mère est plutôt rafraichissante.

— Ma mère est cinglée ! lui rétorqua Jessica pleine de rancœur, avant d’agripper le bras de sa mère. On se voit tout à l’heure au bureau.

Sans attendre, elle guida sa mère loin de sa belle-famille, de Philippe et de Christophe.

— Qu’est-ce que tu viens fiche ici ? explosa-t-elle. Personne ne t’a demandé de venir.

Le sourire avenant de Catherine s’effaça aussitôt.

— En effet. Elle sortit son téléphone de son sac et joua un instant avec l’écran tactile avant de lire à haute voix : Papa a eu une crise cardiaque. Enterrement vendredi. Inutile d’interrompre tes vacances. Son regard chercha celui de sa fille. Aussi chaleureuse qu’une chambre froide. Heureusement que je me souvenais que ton père avait toujours souhaité être inhumé dans ce cimetière, dans le caveau familial. Si j’avais dû compter sur toi ! Et c’est une chance que la cérémonie ne soit pas terminée !

— Il fallait poser la question…

— Je l’ai fait ! Je t’ai envoyé un texto.

Jessica haussa les épaules.

— Jamais reçu.

— Menteuse ! attaqua Catherine en lui montrant le petit message qu’elle lui avait envoyé, lui demandant des indications supplémentaires sur le lieu et l’heure de la cérémonie.

— Je reçois tellement de messages, j’ai dû effacer le tien par inadvertance.

— A d’autres Jessica. Dis surtout que tu ne voulais pas que je vienne.

— C’est mon père que je viens d’enterrer ! s’exclama la jeune femme, la voix brisée par l’émotion. C’était lui le héros du jour. Pour moi, pour sa femme, ses deux fils et tous ceux à qui il était cher. Il n’avait pas besoin qu’une allumée de ton espèce débarque et lui vole la vedette comme tu l’as fait. Tout le monde ne parle plus que de toi, de ton irruption tonitruante, de ton accoutrement ridicule, de ton comportement à la limite irrespectueux et vulgaire. De toi et de ce type qui t’accompagne ? Qui est-ce au fait ? Ton nouveau jules ? Un souvenir de Maurice ?

— Si tu avais répondu à mon message, je n’aurais pas débarqué comme je l’ai fait, dans cette tenue si choquante à tes yeux. J’aurais eu le temps de m’organiser, et de me changer.

Jessica secoua la tête avec véhémence.

— Mon silence était éloquent. On ne voulait pas de toi ici. Ni Anne, ni Paul, ni Matthias…

— Ni toi.

— Ni moi. Surtout, ni moi, insista-t-elle. Tu m’as fait honte, une nouvelle fois. Devant tous ces gens, et devant mon patron. Ils vont te prendre pour une tarée, une totale dégénérée.

— Je me moque de ce qu’ils pensent.

— Pas moi ! Bon sang, maman, tu as soixante-deux ans, grandis un peu ! Et dis-toi que tu n’es pas toute seule à pâtir de ton comportement.

— Pourquoi grandir si c’est pour être comme eux ? Non, mais regarde-les un peu, ils tirent tous une de ces mines !

— Ces gens viennent de perdre un être auquel ils tenaient vraiment. Toi, tu ne tiens à personne hormis à toi, bien sûr que tu ne peux pas comprendre.

— Ce que tu dis est faux ! J’aimais Guy.

Jessica ricana.

— Tu l’as aimé quoi ? Un mois ? Un an ? Certainement pas davantage.

— Bien plus longtemps que tu ne le crois, se défendit Catherine, finalement blessée par toutes les flèches décochées par sa fille.

— À d’autres, maman. Papa nous a quittées j’avais cinq ans. Et sa décision était prise bien avant qu’il ne passe véritablement à l’acte.

— Guy et moi n’avions pas la même vision des choses, ce qui n’empêche que j’ai toujours gardé beaucoup de tendresse pour lui. Il avait une place à part dans mon cœur, une place bien à lui. Sa mort si soudaine m’a fait un choc figure-toi !

Jessica considéra sa mère de son œil implacable et réalisé que la disparition si brutale de son ex-mari semblait effectivement l’avoir ébranlée. Elle tenta alors de se radoucir, mais l’amertume tenace qu’elle lui vouait rendit ses efforts infructueux. LE CHOIX DE SA VIE

— Et Simon ? interrogea-t-elle. Que vient-il faire ici ? J’espère au moins qu’il est majeur.

— Bien sûr qu’il est majeur. Il a vingt-sept ans…

— Super, un autre petit frère.

— Veux-tu arrêter ça ! Je reste ta mère et je ne tolère pas tes remarques méchantes et désobligeantes. D’autant que je n’ai absolument aucun compte à te rendre.

— Tu fais effectivement ce que tu veux, reconnut Jessica sur un ton particulièrement acide, de toute manière, personne ne peut t’en empêcher. Ceci dit, tu n’es pas obligée de nous imposer tes choix.

— Je n’avais certainement pas l’intention de t’imposer Simon, mais que pouvais-je faire d’autre ? Nous étions dans la précipitation…

— Tu pouvais te changer dans l’avion, ou à l’aéroport, et tu pouvais lui donner les clefs de chez toi, le mettre dans un taxi ou le R.E.R.

— Je n’y ai pas pensé…

— Non bien sûr. Tu es trop écervelée, trop immature pour songer à des choses aussi terre à terre que celles-là.

— Très bien, s’impatienta Catherine, lassée de n’entendre que des reproches. Je te présente mes excuses, d’accord ? Je suis désolée d’avoir, semble-t-il, ruiné les funérailles de ton père, et de t’avoir à ce point embarrassée devant ta belle-famille, tes amis et ton patron. Je suis désolée, ça te va ? Je pensais que ma présence à tes côtés vous ferait plaisir, à toi et à Guy.

— Et bien c’est raté…

Éprouvée par les attaques incessantes de sa fille, Catherine grimaça. Pourtant, au lieu de s’attarder sur ce qui la blessait, elle préféra changer de sujet.

— Au moins ai-je fait bonne impression à ton patron, c’est déjà ça…

— Bonne impression ? Tu plaisantes ? Il t’a prise pour une attardée !

— Je ne crois pas non. Il a l’air moins coincé que vous tous. Il est, en tous les cas, très séduisant. Et la couleur de ses yeux est magnifique. Ce vert sombre… Quel âge a-t-il ?

Jessica se raidit ; son regard se fit létal.

— Laisse tomber, il est trop vieux pour toi.

— Quarante, quarante-cinq ?

— Maman, menaça-t-elle, n’y pense même pas.

Le regard espiègle de Catherine se planta dans celui très hostile de sa fille.

—Tu peux me le dire s’il est ton petit-ami ma chérie, je serais heureuse pour toi.

— Il n’est pas mon petit ami, il est mon patron. Mon petit ami s’appelle Philippe et se tient auprès d’Anne en ce moment.

Catherine porta son attention vers le caveau familial des Laforêt, sur la seconde épouse de Guy et sur l’homme avec lequel elle conversait.

— Puisque je n’ai pas le droit de discuter avec lui pour faire plus ample connaissance, tu ne m’en voudras pas de lui préférer le grand brun mal coiffé que tu appelles si pudiquement ton patron, décida-t-elle sans quitter Philippe des yeux.

— Je l’appelle comme cela, parce que c’est ce qu’il est.

— Dans ce cas, moi, je suis mère Térésa. Tu sais ma chérie, j’ai beau n’être qu’une vieille écervelée immature et égocentrique, j’ai encore mes deux yeux et ils sont en parfait état. J’ai vu comment vous vous regardiez tous les deux. Tu ne me feras jamais croire qu’il n’est que ton patron. Elle secoua la tête. Impossible.

— Je me moque éperdument de ce que tu crois ! se rebiffa Jessica, subitement sur la défensive. Maintenant, excuse-moi, mais je dois retourner voir Anne avant de filer au bureau.

— Ne peux-tu prendre ta journée ?

— Non. J’ai un emploi du temps chargé, des responsabilités, des gens qui comptent sur moi… Une nouvelle personne arrive demain au cabinet.

        Catherine soupira.

— Tu es vraiment comme ton père. Le boulot, le boulot, le boulot.

— Dans ta bouche, cela sonne comme une injure, pourtant moi, je suis fière d’être comme lui. Je regrette seulement de l’avoir connu si tard. De nouveau, l’émotion la happa. À présent qu’il est mort, je me sens comme une orpheline. LE CHOIX DE SA VIE

Catherine encaissa le choc comme elle le put, mais la violence du coup, aussi percutant qu’un poing dans le plexus, la laissa sonnée.

— Il te reste ta mère, souffla-t-elle.

— Ne le prends pas mal maman, mais tu n’as jamais été une mère pour moi. Du plus loin que je me souvienne, tu ne t’es jamais comportée comme telle.

— Tu exagères…

Un voile sombre traversa le regard de la jeune femme.

— Non, je ne crois pas. Une mère, une vraie mère, n’aurait pas fait ce que tu as fait. Et une chose est sûre, mon père lui, n’aurait jamais fait ça.

— Mais de quoi parles-tu ? interrogea Catherine, déroutée par les accusations à peine voilées de sa fille.

Jessica sonda son expression pleine d’une surprise sincère.

— De rien, maman, laisse tomber. Du menton, elle lui désigna Simon adossé à un arbre, l’air un peu perdu. Tu devrais le rejoindre.

Lentement, sa mère hocha la tête.

— Je t’appellerai plus tard. Peut-être accepteras-tu un déjeuner.

Elle avait fait un long voyage pour venir aussi vite que possible aux obsèques, et soutenir sa fille unique ; en échange, elle n’avait reçu que critiques, blâmes et reproches. Consciente de l’avoir rejetée peut-être un peu trop brutalement et pour des raisons qui n’avaient pas leur place en ce lieu de recueillement, Jessica approuva.

— Appelle-moi en fin de semaine prochaine si tu veux, on verra pour un déjeuner.

Il n’en fallut pas davantage à Catherine. Telle une petite fille à qui on venait de pardonner une grosse bêtise, elle regarda sa fille avec des yeux brillants de reconnaissance. L’instant d’après, elle remit son chapeau sur sa tête et esquissa ce qui sembla être un pas de danse.

— Je t’appellerai, jura-t-elle en lui envoyant un baiser volant.

Malgré elle, Jessica se surprit à envier son insouciance.

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Ignorer