Désorganisation je maudis ton nom !

Ne vous est-il jamais arrivé de vouloir une qualité que vous aviez jusque là considéré comme un défaut ?

Voyez-vous j’ai une sœur qui est tout mon opposé (mais avec laquelle je m’entends très bien 🙂 ). Ce qui à mon sens nous différencie le plus, est qu’elle est très organisée, méthodique, addict du rangement, pendant que moi j’ai une fâcheuse tendance à tout faire à la dernière minute, suis bordélique, et fonctionne en freestyle. Je vous laisse le soin d’imaginer notre enfance tandis que toutes les deux nous partagions la même chambre. Sœur numéro 1 rangeait tout pendant que sœur numéro 2 laissait à peu près toutes ses affaires traîner… sœur numéro 1 rangeait alors les affaires de sœur numéro 2… (quand j’y repense, sœurette je t’aime très fort).

J’ai toujours pensé que ce trait de personnalité qu’elle possède en grande quantité tandis que j’en suis dépourvue, était un défaut. Planifier les choses, préparer un voyage minutieusement, organiser, ranger… à mes yeux cela révélait un manque cruel de spontanéité. Soyons clairs, je trouvais cela très ennuyeux, rébarbatif, vraiment pas marrant.

Aujourd’hui, je réalise que j’avais tout faux. Etre spontanée est très bien mais s’avoir s’organiser un minimum et planifier un peu, est quand même drôlement mieux. Cela permet d’éviter de suivre chaque jour une idée différente ou d’emprunter en même temps des chemins multiples qui au final ne mènent nulle part. Tenter quelque chose le lundi, puis quelque chose d’autre le mardi, et ainsi de suite, n’est pas la meilleure méthode pour faire avancer son projet. C’est simplement un bon moyen de brasser de l’air et pire dans mon cas, de dépenser bêtement de l’argent !

Joseph Roux a dit (ou écrit) :

Réussir fait valoir nos qualités, et ne pas réussir fait valoir nos défauts.

Si je regarde mon bilan du mois d’avril, je ne peux qu’approuver. Aucune organisation, aucune méthode, rien que du free style permanent, de l’improvisation, de la spontanéité et un résultat en adéquation. Moi qui ambitionne de devenir auteur-entrepreneur, je pense que pour le moment, c’est une utopie. Un entrepreneur, à quelque niveau qu’il soit, ne doit pas laisser la place au free style sinon il met la clef sous la porte. Avec moi, il serait même probablement en train de la chercher partout cette fichue clef !

Bon j’imagine qu’il y a de l’espoir quand même et que tout n’est pas perdu, même pour moi. L’organisation, ça peut s’apprendre non ? 

Au fait Audrey a son chapitre, et bien avant dimanche !! La femme de l’ombre atteint 101.072 mots à ce stade.

Pour finir comme chaque soir, mes trois notes positives de la journée :

  • revoir deux de mes anciens collègues avec lesquels je m’entendais super bien et avoir cette impression que nous nous ne nous sommes jamais séparés,
  • début de la période où les vendredis après-midi je ne travaille pas, du coup, promenade d’une heure au parc avec mon chien, bien agréable,
  • fiston termine la semaine dans la pluie ! Je n’aime pas du tout surtout que d’après ce qu’il m’a laissé entendre sa “dégradation” était justifiée. Mais je ne peux m’empêcher d’être heureuse qu’il me dise ouvertement les choses plutôt que de les taire ou pire, de me mentir !

A demain… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.