Etes-vous prêt à écrire un livre ?

Plutôt, êtes-vous sincère lorsque vous dites que vous voulez écrire ?

Est-ce un vœu que vous formulez sans rien y mettre derrière, ou une aspiration bien plus profonde ?

Pour vous aider à vous positionner, voici quelques questions auxquelles vous feriez bien de répondre.

1. Pourquoi voulez-vous écrire ?

Savoir quelle est votre motivation profonde est un bon moyen de déterminer si votre envie est réelle ou fantasmée. Cherchez, réfléchissez, prenez le temps – et du recul, fouillez au fond de vous même et dénichez la ou les raisons qui vous font penser que vous avez envie d’écrire un livre.

Comme pour tout ce que vous entreprenez ou voulez entreprendre, connaître votre pourquoi est fondamental. C’est en effet sur lui que vous pourrez vous reposer toutes les fois où vous vous sentirez découragé ou dépassé. Lorsque vous pensez que jamais vous n’y arriverez, vous chercherez auprès de lui un second souffle. Votre pourquoi doit donc être suffisamment fort et puissant pour être à la hauteur dans ces moments-là.

N’oubliez pas :

Quand tu as envies d’abandonner, pense à ce qui t’a fait commencer. 

2. Pour qui voulez-vous écrire ?

Est-ce pour vous ? Pour votre famille ? Pour le monde ?

Vous n’aurez certainement pas les mêmes critères d’exigence si vous destinez votre prose à vous-même ou si vous voulez la faire lire à des inconnus.

Soyez honnête avec vous-même, ne dites pas que vous voulez écrire juste pour vous alors qu’en réalité, vous voulez proposez votre livre au autres mais vous n’osez pas l’avouer, de peur peut-être de ne pas être à la hauteur. Si vous vous mentez, vous vous mettez déjà des bâtons dans les roues.

Ecrire un livre est une tâche suffisamment ardue sans que vous en rajoutiez inutilement, alors soyez clairs : qui lira votre ouvrage ?

3. Que voulez-vous écrire ?

Vous savez que vous voulez écrire, mais savez vous quoi ? Une oeuvre de fiction ? Un témoignage ? Une autobiographie ?

Si vous voulez écrire de la fiction, de quel genre s’agirait-il ? Romance ? Policier ? Fantasy ?

Chaque style littéraire a ses codes, ses passages “obligés”, il est donc bon de définir à l’avance le genre dans lequel vous souhaitez écrire. 

Cela ne veut pas dire que vous ne pourrez pas ajouter une touche de romance à votre policier ou que votre autobiographie ne pourra pas être racontée à la manière d’un thriller.

4. Quel est l’objectif de votre livre ?

Cette question pourrait rejoindre la première, à savoir pourquoi vous voulez écrire, pourtant, elle est différente.

Ici il est question du contenu de votre livre. Quel message voulez-vous faire passer ? De quoi avez-vous envie de parler ? Est-ce que vous voulez témoigner pour vous sentir mieux ou aider les autres dans la même situation que vous ? Est-ce que vous avez envie d’inspirer ? D’expliquer ? De faire rêver ?

Pour vous donner un exemple, j’ai toujours voulu écrire parce que c’est mon meilleur moyen de communication et parce que l’écriture est pour moi synonyme de liberté et de plaisir : je ne me sens jamais aussi bien, ni aussi en phase avec moi-même que lorsque j’écris.

Maintenant, ce que j’écris, ce sont des romans dans lesquels j’ai envie de faire passer des messages et notamment un que je trouve essentiel, à savoir qu’il ne faut pas se fier aux apparences, que les jugements hâtifs, formulés uniquement à partir de ce que l’on voit, sont trompeurs.

Vous voyez ? Il y a une différence entre mon pourquoi et mon pour quoi, si je puis dire.

Pouvez-vous essayer de faire la même chose ?

5. Avez-vous envie de faire de l’argent avec ce que vous aurez écrit ?

Il n’y a aucun mal à cela, soyons clairs. Vous avez tout à fait le droit de monétiser vos écrits.

Sachez cependant que votre manière d’écrire s’en trouvera modifiée quelque peu. Si vous voulez vendre votre livre, vous devrez y apporter un soin et une qualité particuliers. Vous ne pourrez pas vous contenter de l’à peu près comme cela pourrait être le cas si vous voulez simplement écrire pour vous, ou si vous souhaitez réserver votre livre à votre entourage. Lui sera fier sans forcément être exigent. Le lecteur lambda en revanche, celui qui sortira l’argent de son porte monnaie pour acheter votre bouquin aura des attentes bien plus grandes (et il aura raison).

Et puis, si vous voulez écrire pour vendre, soyez prêts à relever vos manches. Ne pensez surtout pas qu’écrire aura été le plus difficile. Que vous visiez l’autoédition ou l’édition traditionnelle, il va vous falloir travailler dur en matière de promotion et de marketing.

Vous allez devoir adopter une démarche professionnelle. Etes-vous disposé à faire cela ?

6. Etes-vous prêt…. ?

Prêt à vous engager dans le processus ? Prêt à écrire tous les jours sans chercher un prétexte pour repousser à demain ? Etes-vous disposé à lâcher votre série télé préférée s’il le faut ? Vous sentez-vous capable de vous lever un peu plus tôt ou vous coucher un peu plus tard ? Pensez-vous pouvoir consacrer à cette activité plusieurs minutes par jour ?

Dernièrement j’ai entendu quelque chose que je savais depuis longtemps (mais la répétition a des vertus pédagogiques bien connue) : pour avoir quelque chose, il faut être prêt à en payer le prix.

Sachez que pour écrire un livre, il va vous falloir dégager du temps, beaucoup de temps. Si vous êtes occupé à plein temps, avec travail, famille, amis, vous allez devoir faire des sacrifices pour trouver ces moments. Si d’emblée vous vous en sentez incapable, alors l’écriture n’est pas faite pour vous. Si vous préférez votre télé à votre rêve, c’est qu’il n’est pas sérieux.

C’est comme ça.

En d’autres termes : quel prix êtes-vous prêt à payer pour réaliser votre rêve ? Et d’ailleurs, quelle valeur donnez-vous à votre rêve ? Une plus grande valeur qu’à un verre entre amis ? Qu’à un livre écrit par un autre ?

A vous de déterminer si ce que vous dites vouloir profondément mérite quelques efforts, quelques sacrifices.

7. Que ressentirez-vous ?

Que ressentez-vous si vous allez au bout de ce projet ?

Et si au contraire vous renonciez ?

Essayez de vous mettre dans les deux situations et analysez vos réactions, vos sentiments, votre comportement. Vous verrez ainsi comment votre corps réagi, cela vous indiquera le degré d’importance que cet objectif a vraiment pour vous.

Conclusion

Voilà, si vous avez pu répondre à ces questions, vous êtes sans doute en mesure d’y voir plus clair. Quand vous dites “je rêve d’écrire un jour” vous pouvez désormais savoir si vous êtes sincère ou si vous formulez cette phrase sans y mettre aucun engagement.

Si c’est une aspiration sans réel fondement, rien ne vous poussera vraiment à passer à l’action. A la moindre occasion, vous trouverez un prétexte ou une excuse pour faire autre chose.

Ayez bien en tête que ces questions ne sont pas là pour vous juger ou vous faire la leçon. Elles sont simplement destinées à vous ouvrir un peu les yeux, à être honnête avec vous-même.

Je trouve assez amusant de lire que plus de 80 voire 90 % des français disent vouloir écrire un livre et au final, seule une poignée le fait réellement. Pourquoi un tel écart ? Parce que la majorité des gens ne passent pas au travers des filtres. Ils disent je voudrais, je rêve, mais dans les faits, ils ne sont pas sincères. Ils ne veulent pas. Ou plutôt si, ils voudraient, mais sans avoir à en payer le prix.

Ils ne font que gonfler une statistique qui finalement n’a aucun sens.

Si vous voulez faire plus que répondre oui à une question, alors préparez-vous à remonter vos manches et à travailler.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.