Menu Fermer

J’ai lu : Au-delà des Tours

Résumé :

« Parfois, je me demande comment ma vie aurait été si mon frère n’avait pas ruiné notre famille. Est-ce que je serais là, à zoner toute la journée dans cette banlieue merdique ? Est-ce que mes parents auraient encore un minimum de considération pour moi ?

Mais le mal est fait. À quinze ans, je suis rongée par la culpabilité et l’incompréhension. Je cache mon mal-être derrière mes allures de garçon manqué et ma brutalité. Pour survivre, j’essaie d’oublier cette souffrance, en attendant des jours meilleurs…

Je croyais avoir assez morflé, que ça ne pouvait pas être pire. Le sort s’est pourtant acharné. Un beau soir d’été, le passé a soudain refait surface et a plongé dans le chaos ce qui me restait de famille. C’était trop pour moi, alors j’ai fui cette réalité à tout prix, frôlant parfois l’irréparable… »

Mon avis :

→ Sur la forme :

J’ai découvert la plume d’Anaïs avec ce livre. Celle-ci est fine, délicate, pleine d’une émotion parfois contenue, mais aussi franche et percutante. Le livre se lit très facilement. L’univers sordide, l’ambiance, pesante et lourde, les problèmes familiaux, sont bien retranscris. On se voit nous aussi dans cette cité, aux côtés de ces ado en mal d’amour, ces enfants paumés, perdus, qui se débrouillent comme ils le peuvent.

→ Sur le fond :

Le livre met en scène des adolescents, ce n’est, a priori, pas mon genre de lecture. Pourtant je me suis laissée embarquer sans difficulté dans le quotidien tristounet de Debbie. La violence, la drogue, l’alcool, le mal être, les traumatismes mais aussi l’amitié, la solidarité… tout y est. La descente en enfer se fait en chute libre pour cette jeune fille qui lutte comme elle le peut, pour survivre dans sa cité, et qui fait aussi face à ses démons intérieurs. Franchement, nous n’avons aucun mal à entrer dans son histoire et à la suivre. C’est quelque chose que j’apprécie particulièrement dans une lecture : j’ai besoin d’accrocher tout de suite, sinon je mets un temps fou à lire l’ouvrage. Là, aucun problème.

Certes le sujet est lourd et je ne dirais pas que je me suis “détendue” mais j’aime les romans qui s’ancrent dans la réalité et qui traitent de sujets peu courants, donc pour moi, c’est une bonne surprise.

Mes deux petits points négatifs sont seulement :

– que j’ai eu un peu de mal à imaginer Palias en Ile-de-France, de nos jours (pas de téléphone portable pourtant légions chez les jeunes, pas de brassage ethnique)

– que j’ai trouvé la fin un peu brutale. Debbie souffre terriblement, tombe très, très bas, avant de commencer à se relever. Jusque là, c’est tout bon. Mais quand elle se relève (et sa famille avec) pour moi ça va un peu trop vite. Le livre se veut porteur d’espoir, alors bien sûr, il faut que le soleil perce le tas de nuages noirs qui se trouvent au-dessus de cette maudite cité, mais j’ai trouvé qu’il les chassait finalement assez rapidement.

Oui, je chipote mais c’est parce que j’ai aimé ce livre et cette ambiance glauque. Je m’y étais imprégnée au point que retrouver la lumière m’a un peu éblouie.

En tous les cas, si vous appréciez les romans réalistes, je crois que celui-ci pourrait vous plaire.

 

2 commentaires sur “J’ai lu : Au-delà des Tours

  1. Anais W.

    Bonjour Maude !
    Merci beaucoup pour cette chronique chaleureuse et sincère !
    Je souhaite juste répondre au premier bémol car c’est pour la petite anecdote : j’ai commencé à écrire “Au-delà des tours” quand j’avais moi-même 15-16 ans, c’était donc en 2003. A l’époque, les cités n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui et surtout, il n’y avait pas de téléphones portables comme aujourd’hui ! C’était le tout début !
    Même si le livre a été publié en 2015, il a gardé un peu de cette époque ^^
    En tout cas, ravie que ça t’ait plu et merci d’avoir partager cette lecture !

    • Maude

      Ah oui en 2003 c’est vrai que les téléphones portables ne faisaient pas fureur 🙂 Merci en tous les cas pour cette belle lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.