J’ai lu : Entre mes mains le bonheur se faufile

Résumé :

Iris étouffe dans sa petite vie étriquée de la bourgeoisie de province. Un mariage qui se délite, un métier frustrant, elle s’échappe dans des drapés vaporeux et de sages petites robes sur mesure. La couture est son refuge, la machine suivant la cadence de son cœur apaisé. Jusqu’au jour de l’explosion, lorsque Iris découvre que ses parents lui ont volé ses aspirations de jeunesse.
Alors elle déchire le carcan et s’envole pour suivre la formation dont elle rêvait. Et, de fil en aiguille, sous l’égide autoritaire de l’élégante Marthe, Iris se confectionne une nouvelle vie, dans l’exubérance du Paris mondain.

Mon avis :

J’avais très envie de découvrir la plume de cette auteure dont on parle beaucoup. J’étais curieuse de mettre un pied dans son univers. Pourquoi ai-je commencé par Entre mes mains… plutôt que par le désormais célèbre, Les gens heureux lisent et boivent du café ? L’accroche m’a plu tout simplement. J’aime ces histoires d’accomplissement de soi, de courage et de changement de vie. En plus d’être distrayantes, elles nourrissent ma réflexion et renforcent mes convictions. Je reconnais que lire pour lire ne me suffit pas. J’ai besoin de tirer quelque chose de plus, de découvrir, d’apprendre. Il fut un temps où j’adorais les romances historiques précisément pour cela.

Mais je m’égare…

Qu’ai-je donc pensé d’Entre mes mains, le bonheur se faufile ?

J’ai beaucoup aimé la fluidité et la plume d’Agnès Martin-Lugand. Son écriture est simple, sans chichi, agréable, fraîche, bref, j’ai adhéré sans hésitation.

L’histoire en revanche m’a déçue. Je l’ai trouvée pour le coup simpliste. Il y avait quelques très bonnes idées (que je n’évoquerai pas pour ne pas spoiler), mais il m’est resté comme un goût d’inachevé.

J’avoue aussi avoir trouvé l’ensemble difficilement crédible. Auteure ou lectrice, j’attache beaucoup d’importance à la crédibilité d’une histoire. Peu importe si elle se déroule en l’an 3000, dans l’espace ou sous la mer, avec des vampires ou des sorciers, mais elle doit tenir la route. Celle d’Entre mes mains… m’a semblé un peu trop tirée par les cheveux.

Pour une première découverte des œuvres d’Agnès Martin-Lugand, je reste donc sur ma faim. Je crois rétrospectivement que j’en attendais trop, influencée sans doute par le succès de l’auteure et les excellentes critiques de ses livres. Dans ces cas-là, j’ai tendance à placer la barre très, très (trop ?) haut.

Entre mes mains, …, ne m’a donc pas plus emballée que ça. Mais prochainement je lirai Les gens heureux lisent et boivent du café. Et cette fois, je me promets de faire abstraction de tout ce que j’ai pu lire ou entendre afin de le lire sans idée ou attente préconçues.

Et vous dites-moi, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Je devrais pouvoir y arriver. En revanche, puisque j’écris et fais des bêta lectures pour d’autres auteurs, j’ai développé de nouveaux réflexes qui altèrent un peu mes lectures “plaisir”. Quand le livre est en anglais, aucun souci, mais dès qu’il est en français, les choses se corsent. Déformation professionnelle ? 🙂

2 Comments
  1. Emerance

    Bonsoir, Maude
    Alors, tout de suite, pour être claire, je n’ai pas lu ce livre, donc je ne peux pas en parler. Bien sûr, comme je navigue beaucoup sur un site d’achat, j’ai eu connaissance de cette autrice, de ses livres et des nombreux commentaires qu’ils suscitent. Et bien moi, ce sont les couvertures qui ne m’attirent pas. Elle sont empreintes de nostalgie, de tristesse, vague à l’âme, je n’accroche pas, pour aucun. Bien entendu, je lis avec intérêt, même si je fais la part des choses, des commentaires négatifs, ils apprennent beaucoup.

    • Maude

      Bonsoir Emérance, les couvertures sont assez sobres en effet mais je pense que l’effet ” se détacher des autres livres” pour le coup fonctionne bien. Après le contenu, c’est toujours une question de goût. J’avais vraiment accroché le résumé, l’histoire de cette femme qui décide de reprendre son rêve – il me parlait énormément – mais bon, un peu de déçue du contenu. Néanmoins, je suis encore suffisamment curieuse pour tenter Les gens heureux… Je verrai bien. Et oui, les commentaires négatifs sont parfois bien plus utiles que des éloges 😉

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.