Les gens heureux lisent et boivent du café

Je vous avais dit que je ne comptais pas me limiter à Entre mes mains, le bonheur se faufile, d’Agnès Martin-Lugand.

Je me suis donc lancée dans la lecture de :

Les gens heureux lisent et boivent du café, Agnès Martin-Lugand

Résumé :

” Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. ”
Diane a perdu brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.
L’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique, tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a d’autre choix que de faire avec.

Mon avis :

Sur la forme :

J’aime toujours autant l’écriture de Agnès Martin-Lugand. Elle est fluide, moderne, sans lourdeur. Elle est vraiment très agréable, rien à dire là-dessus.

Sur le fond

Les premiers instants m’ont fait penser au roman de mon amie A J Kauffman – Jamais sans vous. L’histoire est en effet celle d’un deuil particulièrement difficile à faire.

Le récit est assez prenant, les personnages attachants, en particulier les secondaires que sont Félix et Judith.

Je mettrais une mention spéciale aux scènes d’affrontement entre Diane et Edward. Leur brutalité, leurs réparties… un vrai plaisir pour la sadique que je suis parfois.

Si l’histoire débute à Paris, elle se poursuit en Irlande. Pour une personne qui aime voyager, en vrai comme au travers d’un livre, ce moment d’évasion fut très sympathique.

Mais je vous avoue que je ne partage pas l’enthousiasme général. D’abord, le personnage de Meghan (dont je comprends objectivement la fonction dans l’histoire) est pour moi très caricatural et peu crédible, ensuite la tournure moins-dans-le-deuil-et-plus-dans l’eau-de-rose que prend le récit est prévisible et un peu décevante. On s’y attend tellement (je l’ai vu venir deux pages après son installation à Mulranny) !

Je regrette que le deuil soit passé au second plan ; de mon point de vue, c’était le plus intéressant.

Les gens heureux lisent et boivent du café reste cependant une histoire sympathique, pleine de bons sentiments, et je pense que Mme Martin-Lugand n’avait pas d’autres prétentions si ce n’est  proposer à ses lecteurs de passer un agréable moment en sa compagnie. Pour le coup, c’est quand même réussi.

J’ai vu qu’il y avait une suite, La vie est facile, ne t’inquiète pas. Le résumé ne me tente pas vraiment, je pense donc en rester là.

Et vous avez-vous lu ce roman ( et peut-être sa suite) ? Qu’en avez-vous pensé ?

Comments

  1. Kaz says:

    Il est dans ma pal je n’ai pas encore tente cette auteure mais tu attisesma curiosité lol

    1. Maude says:

      Oh alors j’ai hâte de connaître ton avis !

  2. Korydwen says:

    Salut ! Je découvre ton blog via pinterest et je trouve plein d’articles sympas. Et puis juste en passant, je voulais te dire que j ai trouvé la suite des gens heureux meilleure que le premier opus. Pour le coup, le deuil est abordé sous un nouvel angle ?

    1. Maude says:

      Bonjour et bienvenue dans mon univers alors 🙂 ! Je verrai pour le tome 2 d’Agnès Martin Lugand mais c’est vrai, je redoute la déception.

Répondre à Korydwen Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + vingt =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.