Quelques trucs pour vous aider à arrêter le prix de votre roman

Comment fixer le prix de votre livre ?


Quelques trucs pour vous aider à arrêter le prix de votre roman

par MAUDE PERRIER

Quelques trucs pour vous aider à arrêter le prix de votre roman

Tout comme la couverture et le résumé, le prix est une des composantes fondamentales de votre livre. Il est également partie intégrante de votre stratégie marketing et c’est pourquoi, il ne faut pas le déterminer à la légère.

En maison d’édition, vous n’avez pas à vous en soucier. En tant qu’auto-édité, il vous appartient de décider là aussi.

En la matière la liberté est totale. Pour autant, faire n’importe quoi est le meilleur moyen de desservir votre ouvrage.

Comment alors fixer un prix juste, cohérent et vendeur ?

Avant toute chose, ayez bien en tête cette réalité : les lecteurs s’attendent toujours à ce qu’un livre numérique soit moins cher qu’un livre papier, peu importe le nombre de pages de votre bouquin. Partant de là, il est déconseillé de mettre un prix jugé « exorbitant » ou « inadmissible » pour un ebook (sauf si vous êtes un auteur connu et reconnu qui pouvez vous le permettre).

Le contenu du livre peut justifier un prix particulier, mais puisque ce n’est pas à vous de juger mais au lecteur, mieux vaut faire attention. A la limite, vous pouvez commencer par fixer un premier prix dans la norme et attendre les retours. Si vraiment votre livre cartonne, alors les lecteurs seront prêts l’acheter même s’il coûte un peu plus cher que les autres.

D’une manière générale, mieux vaut quand même se conformer à ce qui se pratique en la matière.

Pour vous donner une idée, voici quelques éléments de prix :

NOMBRE DE MOTS PRIX
≤ 3K  0,99 €
3-7K  1,99 €
7-15K  2,99 €
15-35K  3,99€
35-50K 4,99 €
50-70K 5,99 €
70-140K 6,99 €

N’oubliez pas : pour un prix ≤ 1,99€ sur Amazon, la redevance tombe à 35% contre 70% pour les prix au-dessus.

Ce tableau est donné à titre indicatif. Si vous allez sur Amazon, vous verrez que des romans longs, de 50k, 70K, 140K ou plus sont vendus 2,99 € alors qu’ils pourraient être proposés à un tarif bien supérieur (Moi-même, je vends tous mes romans à 2,99 € à l’exception de Une raison d’espérer vendu 1 euro plus cher.)

Pourquoi ?

Parce qu’avant de fixer son prix il faut regarder ce que font les autres. A combien sont vendues des histoires similaires à la vôtre, aussi bien en termes de genre (romance, policier, fantasy etc) qu’en nombre de pages. Si la majorité des policiers de 140K sont venus 2,99 € vous avez tout intérêt à rester sur cette base.

Certes vous distinguer en proposant un prix plus élevé peut attirer l’œil du lecteur qui se demandera ce que votre ouvrage a de plus que les autres, mais en même temps, vous pourrez rebuter tous ceux qui ne veulent pas dépenser plus. L’offre est tellement grande avec de nombreux titres publiés chaque jour, le lecteur a l’embarras du choix. Si, à qualité égale, vous êtes plus cher que les autres, il ne vous choisira pas.

Analysez donc d’abord le marché, puis comparez avec votre livre, avant d’en fixer le prix.

Prenez aussi en compte l’auteur que vous êtes. Si vous publiez votre premier livre et que vous le pricez bien au-dessus de ce qui se fait couramment, vous risquez de passer inaperçu. Soyez raisonnable.

Avant de déterminer votre prix de vente :

fixez vos objectifs (que voulez-vous ? être lu, vendre beaucoup, obtenir un retour sur investissement rapidement, vous distinguer…)

Soyez réaliste et lucide (avez-vous une base de lecteurs avides ? êtes-vous connu dans votre genre ?)

Mettez vous à la place du lecteur : seriez vous prêt vous à payer plus cher pour votre livre ?

Analysez le marché (regardez combien sont vendus les autres livres de même catégorie et de même longueur) et alignez-vous (ou pas…)

N’hésitez pas à changer de prix si celui que vous proposez ne fonctionne pas

Un mot sur la gratuité

Quoi ? Rendre gratuit le fruit de notre travail ? Des heures et des heures d’écriture, de correction, de réécriture, un graphiste payé pour la couverture… tout ça pour donner notre livre ?

Certains auto-édités s’y refusent. Pourtant, sur le long-terme celle-ci a ses avantages.

Offrir un roman, ou une nouvelle, permet d’attirer des lecteurs. Lorsque vous débutez ou que vous avez du mal à vous rendre visible, cette technique est une formidable opportunité de faire découvrir votre plume. Si les lecteurs ont aimé votre roman gratuit, ils seront tentés d’en savoir plus sur vous, et d’acheter vos autres ouvrages.

La gratuité est aussi un super plan marketing si vous écrivez une série. Vous pouvez offrir le premier tome et rendre payant tous les autres. Le lecteur qui aura découvert votre saga et aura été comblé, voudra connaître la suite. Il achètera donc les tomes suivants… ou comment fidéliser avec la gratuité.

Evidemment, proposer un roman, une histoire courte ou un premier tome gratuit suppose que vous ayez autre chose à vendre. Si vous n’avez écrit qu’un seul livre, si vous n’avez pas la suite de votre série, proposer une gratuité permanente (permafree en anglais) n’est peut-être pas l’idéal pour vous. Dans ce cas, si vous êtes dans le programme KDP SELECT, vous pouvez profiter de la promotion des 5 jours gratuits. Pendant 5 jours vos écrits sont gratuits, de quoi susciter l’intérêt et l’engouement (si vous savez attirer les foules ? )

 Comment rendre un livre gratuit en permanence ?

Sur un site comme Kobo, la gratuité est possible sans aucune difficulté.

Sur Amazon, il y a une petite procédure à suivre :

  1. Vous devez publier votre livre et le mettre au prix de 0,00 € sur un autre Site (Kobo par exemple mais je pense que sur d’autres c’est également possible)
  2. Lorsque votre livre est disponible, vous devez le signaler à Amazon et demander un alignement de prix

Normalement, après quelques jours, votre livre est également gratuit sur Amazon.

Il peut arriver qu’il faille insister plusieurs fois, mais de mon expérience personnelle, je n’ai jamais eu aucun souci. Avec un peu de patience et un échange de mails, tout est rapidement rentré dans l’ordre.

J’ai une histoire courte (La magie de l’hiver) et un roman (Le choix de sa vie) qui sont en gratuité permanente sur Amazon et Kobo. L’intérêt est bien entendu d’être découverte et lue, mais en plus, comme la deuxième partie du roman est uniquement disponible via mon site (toujours gratuitement), cela me permet de voir combien de personnes téléchargent, combien lisent et combien aiment au point de me réclamer la suite. En tant qu’autrice, c’est très intéressant, en particulier lorsque les lectrices me font un retour très enthousiaste, en tant qu’autrice auto-éditée, c’est un formidable outils que je peux exploiter de plusieurs manières.

Mon conseil : ne rejetez pas la gratuité au prétexte que vous avez beaucoup travaillé sur votre livre, que vous avez dépensé de l’énergie et de l’argent, et que vous voulez être payé de retour en espèce sonnante et trébuchante. Voyez plus loin.

Dans le livre de Nick Stephenson que j’ai lu il y a longtemps, the reader magnet ce dernier disait qu’il fallait que votre meilleur ouvrage soit offert aux lecteurs. C’est votre carte de visite, votre vitrine. Si vous offrez quelque chose de médiocre, personne ne retournera vous voir. Si en revanche, vous offrez une expérience unique, un divertissement à la hauteur des espérances du lecteur, si même vous surpassez les attentes qu’il avait pour un livre gratuit, alors vous aurez fait le plus gros de votre travail d’auteur et de marketeur : vous l’aurez conquis.

Ne soyez pas avare, donnez. Il se peut que votre générosité soit récompensée à un point que vous n’imaginiez pas.

Avant de fixer votre prix de vente, essayez d’avoir ces éléments à l’esprit. Une fois que vous avez décidé de ce que vous voulez, changez de peau et mettez vous à la place de votre lecteur idéal. Combien seriez-vous prêt à débourser pour un moment en compagnie de vos personnages ?

Maude Perrier

Maude Perrier

Romancière









Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + sept =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.