Retour sur 2017

Mon bilan 2017

Les débuts d’année donnent lieu à la prise de nouvelles résolutions, à la détermination de nouveaux objectifs.

C’est également l’occasion de faire le bilan des douze mois précédents.

Je ne l’ai encore jamais fait, cette fois, je m’y colle.

Voici donc le bilan chiffré et transparent de mon année 2017.

De janvier 2017 à décembre 2017, j’ai :

– vendu 1.781 livres numériques
– vendu 48 brochés
– offert 8.904 livres (téléchargement gratuit sur Amazon)
– perçu des redevances en euros, dollar et dollar canadien
– eu 1.110.980 pages ont été lues

Pour un total de : 11 romans publiés dont 3 en 2017 + une histoire courte

Sans grande surprise, le roman phare de cette année à été Une raison d’espérer.

En comparaison, de janvier 2016 à décembre 2016, j’ai :

– vendu 707 livres numériques
– offert 3.511 livres
– perçu des redevances en euros, dollar, dollar canadien et livre sterling
– eu 502.356 pages ont été lues

Pour un total de 8 romans publiés dont 2 en 2016 + une histoire courte

D’avril 2015 à décembre 2015, j’ai :

– vendu 314 livres numériques
– offert 510 livres
– perçu des redevances en euros, dollar, dollar canadien et livre sterling
– eu 320.779 pages de lues

Pour un total de : 6 romans publiés

L’analyse

  1. Une baisse de la productivité

En 2015, j’ai été particulièrement productive puisque j’ai écrit et publié 6 romans en six mois ! En 2016 et 2017, les publications sont tombées à 2 par an. Quelle est la raison de cette baisse ? Il y en a plusieurs en fait mais la principale est que j’ai mis le pied dans une zone un peu moins évidente, avec des sujets qui m’ont demandé plus de travail, de recherches, d’efforts. J’ai également placé la barre plus haut en termes d’écriture, en passant à la première personne ou en alternant deux points de vue. Et puis, en 2017, j’ai fait appel à des bêta lecteurs, coup, le temps de lecture, de relecture, puis de correction s’est considérablement allongé.

Avant j’écrivais beaucoup dans les transports en commun, matin comme soir. Depuis un moment, j’utilise ce temps de transport différemment : je regarde des vidéos, des séminaires, j’écoute des audiobooks. La découverte du développement personnel m’a donné envie d’apprendre, de me former, de découvrir, d’écouter aussi pas mal de speaker américains. Cette nouvelle “activité” de fait, a grignoté considérablement le temps que je m’accordais pour écrire.

Et puis les migraines sont revenues en force ces derniers mois, me tenant fréquemment éloignée de mon clavier, et de mon écran.

  1. Une augmentation des ventes

Les niveaux ne sont pas mirobolants, d’autres autoédités font largement mieux mais je suis satisfaite, sinon du résultat, du moins de la progression. Vous me direz, avec plus de livres en vente, il parait logique qu’il y ait une hausse des vendus et des lus. Sans doute oui.

La bonne surprise vient des ventes de livres brochés. Pour tout vous dire, je ne voulais faire que du numérique mais certaines lectrices souhaitaient avoir la version papier de mes romans. C’est donc pour leur faire plaisir que je m’y suis attelée. Aujourd’hui, onze romans sur douze sont disponibles sur Amazon, en version papier.

  1. Les points positifs

En dehors de l’aspect purement « chiffres », les points à retenir pour ce qui concerne l’année 2017 sont les suivants :

– une harmonisation et une professionnalisation des couvertures :

Comme je vous l’ai expliqué dans cet article, j’ai décidé de sous-traiter la création de mes couvertures. En dépit de certaines frustrations liées à la dépendance que cela a créé, je ne regrette pas cette décision. La collection ‘une femme, un destin’ est, je le trouve, magnifiquement illustrée.

– une plus grande ouverture aux autres :

Cette année encore, j’ai échangé avec de nouvelles personnes, que ce soit des autrices/auteurs ou des lectrices/lecteurs et j’avoue que j’ai adoré.

Inscrite dans un groupe de bêta lecture, j’en ai fait pour le compte d’autres auteurs ; cela les a aidé et moi, ça m’a plu.

J’ai aussi offert mes romans, en particulier dans le cadre de concours organisés par les blogueurs littéraires, pour l’anniversaire de leur site ou de leur page, ce qui m’a permis de faire de nouvelles connaissances et de faire plaisir.

Tout au long de l’année, j’ai également conservé et entretenu le lien avec de belles personnes que j’apprécie tout particulièrement. C’est quelque chose de très précieux que je considère comme l’un des plus cadeaux de mon aventure dans l’autoédition.

– une plus grande « exposition »

C’est le point sur lequel j’ai le plus travaillé cette année : moi. Je vous l’avoue, Facebook et d’une manière générale, la communication et le marketing me faisaient peur (ou m’ennuyaient). J’ai compris qu’il me fallait dépasser ces freins pour augmenter ma visibilité et faire découvrir mes livres. Je crois en eux, je crois en chaque histoire, en chaque héroïne. Je pense qu’elles gagnent toutes à être connue, et je suis persuadée que si les gens lisaient mes romans, ils ne seraient pas déçus. Rien de bien original en soi, toutes les personnes qui écrivent et publient ont le même sentiment (du moins, je le crois).

Le problème de l’autoédition par rapport à l’édition traditionnelle, est que c’est à l’auteur de faire toute sa communication ; sa visibilité dépend entièrement des résultats de son travail. Une fois que j’ai assimilé ce principe, j’ai commencé à agir. Mal j’en conviens. De façon désordonnée, erratique, pas toujours bien pensé, mais j’ai fait quelques pas dans la bonne direction.

Le chemin est encore long parce que j’ai beau m’acheter un tas d’agendas ou de cahiers, les problèmes de constance et de discipline demeurent. Autant je n’ai aucune difficulté pour écrire un roman, autant dès qu’il s’agit de faire des petites actions quotidiennes qui n’ont à rien à voir avec, j’ai du mal.

  1. Et maintenant ?

2018 est une année que je voudrais charnière. Un tournant décisif. Je l’ai entamée en créant ma micro-entreprise. D’aucuns penseront qu’il était temps, mais pour une personne peut organisée comme moi, l’aspect deadline, paiement et déclaration me donne quelques sueurs froides.

En terme d’écriture, book 12 verra le jour. Il me tient particulièrement à cœur alors j’espère vous proposer le meilleur de Maude Perrier.

En terme de communication, je vais m’attacher à faire mieux et surtout, à prendre confiance en moi et à moins me disperser.

Ensuite, Une raison d’espérer est toujours en lice pour le prix des auteurs inconnus 2017, l’histoire est donc à suivre.

Enfin, je vais cultiver ces valeurs qui sont les miennes et qui ne changeront pas :

  • proposer une histoire que je qualifierais de romance consciente, humaine et de qualité
  • respecter les lecteurs et leurs avis,
  • rester humble,
  • apporter mon soutien aussi bien en offrant des livres pour des concours de blogueurs qu’en encourageant et soutenant les autrices et auteurs que j’apprécie,
  • continuer à faire des bêta lectures pour les autres (dans la mesure de mes disponibilités)

 

Un mot de conclusion

Moi qui n’ai pas franchement l’habitude de regarder dans le rétroviseur, je trouve finalement que cela a du bon, du moins pour le présent sujet. Je vois ainsi le chemin parcouru et celui qui me reste à faire. Surtout, je note les choses positives et celles qui doivent être améliorées.

C’est une manière comme une autre de tirer les leçons du passé et de progresser, ne trouvez-vous pas ?

Comments

  1. Excellente analyse ! Et bravo pour tes ventes. Je te souhaite que 2018 soit la concrétisation de tout ce que tu as déjà entrepris.

    1. Maude says:

      Merci ! ?

  2. Bibicheandco says:

    Pffiou encore une fois, tu m’épates ! À chacun de tes articles, j’apprends toujours quelque chose : je ne connaissais même pas le principe des bêta lecteurs.
    Mais d’ailleurs j’aurais une question : ces personnes tu ne les connaît pas. Tu n’as pas peur qu’une personne mal intentionnée te vole ton histoire ?
    Enfin, je vais prendre mon courage à deux mains et vais ajouter à ma PAL « une raison d’espérer », en espérant ne pas pleurer tout le long.
    Merci pour tous ces partages ?

    1. Maude says:

      Quand ce sont des personnes que je connais, non. Pour les autres je commence par un chapitre ou deux pour voir. Quand je lis les autres, aucun risque pour eux ?.
      Une raison d’espérer.. Oui il te faudra un peu de courage je pense mais l’histoire vaut le coup ?

  3. C’est loin d’être une catastrophe . L’essentiel est de faire et créer ce qui te plait.
    un bon cru 2018, c’est tout le mal que je te souhaite. sans migraines. Bises

    1. Maude says:

      Merci Pierre Marie. Je vise toujours la lune ??

Répondre à Maude Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.