Menu Fermer

Retour sur Mai

Le cinquième mois de l’année vient de tirer sa révérence. Il est l’heure de faire le bilan.

** L’autrice **

◊ Ma fierté ce mois-ci est d’être venue à bout de Book 12. Les derniers chapitres ont été écrits en début de mois. Depuis, je lis, corrige, relis…

Toute à ma joie, je vous ai publié ici ce qui était alors le premier chapitre. Avec les premières relectures et les corrections, il a depuis, changé un peu.

◊ Suggérée par ma copine du blog bébé est arrivé, j’ai adopté l’idée de me prendre davantage en main, et d’accepter, enfin de ne pas tout faire. Il était temps ! Comme pour mes couvertures que je fais désormais faire ailleurs, par une personne bien plus talentueuse que moi, j’ai pris la décision de professionnaliser ma communication, j’entends par là, faire appel à une pro qui m’aidera dans ce domaine. Il faut bien l’admettre, je ne suis pas très douée ni pour parler de moi ni pour vendre mes livres. Si je veux qu’ils soient visibles par le plus grand nombre de personnes, je dois chercher ailleurs ce que je suis incapable de trouver seule. Voyez, j’ai lu quelque part que pour réussir, il faut reconnaître ses forces et ses faiblesses, appuyer sur ses forces et trouver des personnes en mesure de pallier à ses faiblesses. Enfin, j’accepte l’idée. Etre autoéditée ne veut pas dire tout faire toute seule dans son coin. Ou alors si, mais en accepter les résultats. C’est terminé, je ne les accepte plus.

– Elle s’appelle Marie T, je ne la connais absolument pas, ne lui ai jamais parlé (du moins pas à ma connaissance) et cependant, elle m’a fait une énorme surprise et un très beau cadeau en plubliant coup sur coup une critique de quasiment tous mes romans.
SI elle est une fan, j’en vaux bien des milliers comme elle 🙂

*** l’entrepreneure ***

Ah mon site e-commerce… c’est un peu le sujet dont je parle souvent et dont personne ne voit jamais la couleur.
Il existe pourtant, je vous le promets. Il n’est simplement pas encore prêt… bon, OK, JE ne suis pas encore prête. A séparer mon temps et mon cerveau entre ce projet et book 12, je redoute de ne rien produire de concluant. Il me faut terminer au moins la première partie de book 12 pour que mon esprit se libère un peu et se focus sur autre chose.

 

*** la femme ***

Le mois de Mai a été celui où, grâce aux ponts et à mon cher patron qui nous a tous mis en vacances forcées, j’ai découvert la joie des parents qui conduisent leurs enfants à l’école et les récupère le soir. En temps normal, mon fils se lève à 6h30, il est déposé au centre à 7h, son papa le récupère le soir entre 18h30 et 19h et moi, je ne le vois pas avant 19h30 (RER oblige).
Autrement dit, en semaine, mon fils fait des horaires de fous et moi, je le vois à peine une heure et demi par jour. Avec la semaine de vacances, pendant que lui avait école, moi j’étais à la maison. Il a pu se lever plus tard, avoir la joie d’esquiver le centre de loisirs et d’être accompagné par maman. Pareil pour le soir, et le mercredi, quelle joie, école finie à 12h et puis maman qui l’emmène au resto chinois ! En terminant plus tôt, il a même pu inviter ses copains et copines à la maison et jouer avec eux. Je vous avoue que cette semaine a été pour moi La révélation. Je le savais bien sûr mais maintenant c’est clair : nous passons à côté de plein de choses. Donc énorme décision à prendre : quitter mon travail et tenter de me lancer en solo, de la maison. Ce serait une autre vie dans laquelle, je pense, nous aurions tous à y gagner. Peut-être pas mon patron mais son avis est-il le plus important ? Tous les bouquins que je lis, toutes les vidéos que je visualise me confirme qu’il n’y a pas de fatalité, que le métro boulot dodo n’est pas un modèle unique. Internet en a fait se développer de nouveaux.
Il est temps que je les explore. Pour moi,ma famille et pour montrer à mon fils que tout est possible.

 

En mai fais ce qu’il te plait ? Pas forcément mais en juin, donne-toi les moyens 🙂

4 Comments

  1. bibicheandco

    Un beau mois Maude.
    Je te souhaite que juin soit aussi cool.
    Enfin, je rebondis sur tout ce que l’on peut louper avec un rythme métro-boulot-dodo. Lorsque l’on peut se permettre de changer ce rythme, c’est vrai que l’on se rend compte de tout ce que l’on a pu rater auparavant, et on savoure de pouvoir être présent(e) au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.