Ce qui te motive doit être puissant

Il faut savoir pourquoi !

Laissez-moi vous parler de ma routine matinale. 

Levée à 5h45, je petit déjeune l’œil rivé à mon téléphone. Facebook puis KDP pour regarder l'état de mes ventes/lectures de la veille, et Amazon pour le cas où j'aurais de nouveaux commentaires. J'en profite pour regarder la situation de mes autrices amies. A 6h00, je reçois par mail les articles correspondant aux sujets qui m'intéressent et j'en fais le tour, histoire de voir s'il n'y a pas quelque chose que je pourrais partager, quelque chose susceptible d'intéresser ou d'interpeller les autres.

Ensuite, je lis un peu (pas tout le temps mais en ce moment je suis pleinement réveillée) puis je cherche de nouvelles vidéos à télécharger. Des vidéos de développement personnel, de motivation ou concernant l'autoédition.

A 7h, je décolle, direction l'arrêt de bus (cette semaine, car Monsieur est en vacances, ce qui permet à mon fils de dormir un peu plus tard que d'ordinaire) sinon c'est en route pour le centre de loisir, puis la gare RER. 

Dès que je suis dehors (ou dans le train), je mets mes écouteurs et c'est parti. Pas de musique mais du Les Brown, du Jim Rohn, du Louise Haye, du Brian Tracy, du Earl Nightingale, des montages vraiment super motivants et des interviews d'auteurs auto-édités (américains, il n'y a que ça).

Mon trajet jusqu'à mon travail prend une heure, une heure et demie (voire plus en cas de problèmes de RER/métro...).

Avant, le matin j'écrivais, depuis que je prends ce traitement de fond pour mes migraines, j'ai du mal à garder les yeux ouverts (médicament qui endort 🙁 ). Le neurologue m'avait avertie : soit vous dormez dans le train, soit vous souffrez, à vous de voir.

J'ai vu.

Pour autant je ne dors pas profondément et ce que j'écoute reste gravé dans mon esprit, en particulier lorsque ce sont les mêmes choses qui sont répétées. Les orateurs sont différents, le message est le même.

Dans leurs discours, un mantra revient régulièrement : l'importance de votre motivation - pas motivation dans le sens "je suis motivée, déterminée"-, motivation dans le sens "ce qui vous pousse à faire ça, votre raison, votre why. 

Prenez connaissance de cet extrait pour comprendre (traduction libre) : 

"Si vous ne connaissez pas votre pourquoi est que votre pourquoi n'est pas suffisamment fort, vous serez secoué, mis à terre tous les jours." (http://www.malibuboxing.com/boxing/your-why-has-to-be-greater)

D'une manière ou d'une autre, la vie nous attaque quotidiennement, elle nous fait plier et si nous ne savons pas pourquoi nous agissons, fatalement nous tombons (et ne nous relevons pas). 

La leçon que je retiens est la suivante : je dois savoir pourquoi je veux m'engager dans cette voie.

J'ai déjà évoqué mes rêves d'écriture. En publiant mes romans, ils sont à moitié réalisés. En devenant écrivaine à temps complet, ce serait une réussite personnelle sans commune mesure, la preuve que malgré les obstacles (intérieurs et extérieurs) j'ai été capable d'aller au bout.  

A l'époque où j'écrivais une rencontre inattendue, mes parents et ma sœur m'avaient offert un tee-shirt où il était écrit "un jour je serai riche et célèbre alors parlez-moi sur un autre ton"Je n'ai jamais visé la richesse - encore moins la célébrité (grand dieu ! non merci) mais tout comme ils m'avaient offert cette fameuse machine à écrire électronique, ces deux cadeaux illustraient ce que je voulais faire dans la vie. Alors y parvenir en fin de compte ! Mon existence prendrait tout son sens, un peu comme si enfin, je faisais ce pour quoi je suis sur Terre.

Il y a désormais une seconde raison qui renforce ma motivation : mon fils. Je suis sa mère mais je voudrais être plus que ça :je souhaiterais être un modèle pour lui, une source d'inspiration, son premier mentor. Lui démontrer que les rêves peuvent se réaliser, qu'il ne faut pas baisser les bras ou renoncer, bien au contraire. Mais comment l'affirmer si en face, il n'y a rien de tangible ? Tout le monde peut dire : si tu y crois et que tu travailles dur, si tu persistes, si tu n'abandonnes pas, alors rien n'est impossible. Combien peuvent le dire preuve à l'appui ? Je ne veux pas me contenter de jolies phrases qui sonnent creux, je veux qu'il VOIT que c'est possible parce que sa maman - et peut-être un jour son papa -, l'ont fait.

C'est une très bonne motivation ça, non ?

Et s'il en fallait un peu plus, je vous présenterais ça :

Mon petit bonhomme qui dort parce qu'il est fatigué. C'est mignon... sauf que lorsque je suis rentrée ce soir, il était dans cette position. Je n'ai pas pu profiter de lui, ni le questionner sur sa journée, ni jouer, ni manger avec... rien. Je l'ai juste pris dans mes bras pour le coucher.

Cette semaine il peut dormir un peu plus tard et est dispensé de centre de loisirs, mais en temps normal, il doit se réveiller à 6h30 pour un départ au centre à 7h00 et un retour à la maison à 19h00. C'est le lot de plein de familles certes, mais si je pouvais faire autrement, l'emmener à l'école, lui épargner le centre, passer plus de temps avec, ce serait quand même bien plus chouette, pour lui, pour moi, pour tout le monde. En tant qu'autrice-entrepreneur ce serait possible.

Voilà donc, si demain quelqu'un me demandait pour quelles raisons fais-tu cela ? Je répondrais 1. c'est ma raison d'être et 2. pour mon fils.

Ces motivations sont-elles suffisamment puissantes pour faire que je me relève chaque fois que je tombe ? L'avenir seul sera en mesure de me le dire.

Bilan du jour : ai-je avancé aujourd'hui vers ma destination ?

  • j'ai respecté mes engagements de la veille (amandes, Facebook...)
  • j'ai changé le thème de mon site et je le trouve vraiment super, dynamique et coloré, en adéquation avec mon état d'esprit actuel,
  • j'ai repris l'écriture de La femme de l'ombre - 2009 mots

Et pour conclure, mes trois notes positives :

    • je suis heureuse de savoir lire et comprendre l'anglais : je l'a appris par moi-même parce qu'à l'époque, grande fan des USA et de la musique country, je voulais m’immerger totalement dans cette culture, aujourd'hui c'est grâce à l'anglais que j'ai repris la plume (Steve Jobbs avait raison : Vous ne pouvez pas relier les choses entre elles en regardant devant ; vous ne pouvez seulement les lier qu'en regardant en arrière) et que je remonte la pente quand le moral s'érode,
    • une personne a lu Une raison d'espérer, m'a fait un commentaire sur Facebook et m'a gratifiée d'un 25ème commentaire sur Amazon (cinq étoiles 🙂 )
    • je suis heureuse d'avoir trouvé ma voie ; ça peut paraître idiot mais pour avoir longtemps été dans l'obscurité, trouver la lumière est inestimable.

    A demain 😉

     

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1 + quatorze =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.